Port Antonio, Jamaïque, le 3 mai 2017.

La Jamaïque n'aura été qu'une (trop) brève escale de 3 jours, escale technique avant tout entre Haïti et Cuba, îles assez démunies en ressources et matériel. Dommage, mais Michel et Nicolas ont un billet d'avion retour au départ de la Havane, et si nous voulons consacrer du temps à la visite de Cuba, nous ne pouvons nous permettre d'y rester davantage.

Nous souhaitions aller à Santiago de Cuba pour visiter cette authentique ville coloniale située au pied de la fameuse sierra Maestra, refuge des "Barbudos pendant la guérilla lors de la révolution, mais une bulle persistante de pétole sur la côte sud de Cuba nous en a dissuadé. Nous ne pourrons donc effectuer nos formalités d'entrée qu'à Cienfuegos, distante de 400 miles environ. Cela nous interdit toute escale avant d'y parvenir, çe qui, bien entendu, nous contrarie beaucoup! Il va falloir jouer au chat et à la souris avec les gardes côtes et éviter de se faire surprendre car nous tenons absolument à faire escale dans " los jardines de la Reina", un archipel d'îles désertes dont les eaux fourmillent de langoustes. Nous nous dirigeons vers le Cap Cruz et la navigation est très agréable car il y a un peu de vent et très peu de houle, un vrai bonheur par rapport à nos traversées précédentes.

Le 4 mai à 15h, une vingtaine de mille au nord du cap Cruz, dans une zone aux eaux peu profondes, nous pêchons coup sur coup 3 gros barracudas et 1 carangue à gros yeux. Ces 2 espèces étant porteuses de la très redoutée cigüatera, nous sommes contraint de les remettre à l'eau à contre cœur. Nous n'avons quasiment rien pêché et pour une fois que cela mord, nous voyons nos rêves de poissons frais s'évanouir, quelle poisse! Cette partie de pêche à été spectaculaire car nous avons été témoin de l'attaque de notre 2 ème barracuda par un gros prédateur qui l'a manqué d'extrême justesse, au moment où nous le remontions à bord. Pour finir, 1 heure plus tard, un "gros" a cassé la ligne de notre super poulpe qui s'était montré si efficace.

image

La journée du 5 à démarrée sous les meilleurs auspices. En sortant humer l'air du large vers 7 h, j'aperçois quelques dauphins. Ils sont une bonne douzaine et s'amusent autour de l'étrave. Nous ralentissons la vitesse du bateau çar je souhaite effectuer des vues sous marine de ces intelligents mammifères. J improvise une perche pour ma petite Gopro et parviens à l'immerger à l'avant du bateau dans l'espoir de filmer leurs évolutions sous marines qui m'intriguent. L'exercice n'est pas évident car je filme en aveugle avec la caméra à l'envers, et la pression de l'eau contrarie la stabilité de la caméra, sans parler de la mienne, plutôt instable à l'avant du bateau, balloté par la houle.

image


Le jeu en valait la chandelle car j'ai réussi à obtenir de rares images de leurs gracieuses évolutions sous la surface, on les voit nager d'un côté à l'autre de l'étrave, dans des mouvements bien coordonnés, c'est vraiment extraordinaire, à mes yeux! Quelle grâce et qu'elle fluidité ils ont! Pour une 1 ère tentative, je trouve que c'est pas mal du tout!
La nuit nous réserva une autre surprise, assez mystérieuse, à tout le moins et tout aussi extra ordinaire! Après nous être installé à notre 1 er mouillage clandestin, vers minuit, après la rédaction de ces lignes, je sortis pour contempler le ciel avant de m'endormir et bien m'en a pris çar je constatais que le bateau était complètement vent arrière, chose tout à fait anormale. Je me rendis à l'avant et à ma grande surprise, l'ancre, au lieu d'être tendu devant le bateau, passait sous la coque, phénomène que je n'avais jamais constaté auparavant. Après plusieurs tentatives infructueuses pour le ramener dans le lit du vent, en désespoir de cause, je décidais de sortir Michel du lit, çar c'est un personnage plus cartésien que moi et je ne doute pas de la pertinence de ses analyses. Ce n'est qu'après avoir mis 10 mètres de chaîne en plus, et insisté à plusieurs reprises avec le moteur en marche arrière, qu' enfin Aotearoa se mit face au vent, dans le prolongement de l'ancre. Pour quelle raison est il resté si longtemps vent arrière, voire travers au vent, c'est un mystère pour moi. Encore un sujet que Michel pourra éclaircir avec quelques vecteurs, qui, m'a t'il expliqué, servent à calculer 2 forces qui s'opposent, ici en l'occurrence le vent et le courant...... La vision du monde et des choses est vraiment facilitée pour ceux qui ont l'art de manier ces abstractions absconses!
6 avril
Nous quittons le mouillage très tôt pour éviter de nous faire remarquer çar il y avait déjà 2 gros motor yachts à notre arrivée hier soir. La pêche continue à nous être défavorable, un "gros" nous emporte notre appât pour son petit déjeuner, pas sympa ça, mais on aura notre revanche...La suite nous sera plus bénéfique. Nous mouillons dans 3 mètres d'eau devant une grande plage et partons explorer les fonds sous marins. Ceux ci ne s'avèrent pas très beaux mais quelques belles langoustes y ont élus domicile et en 1 heure avec Nicolas, nous en prélevons 8. Un excellent début, d'autant que ce sont les plus grosses que j'ai jamais vues et pêchées.

image

 

image


Dernière surprise de la journée, nous avons vu le RAYON VERT au moment même où le soleil a tangenté l'horizon. Enfin c'est Michel qui l'a remarqué çar c'est furtif comme vision et la mienne, toujours fâchée avec les couleurs, ne m'a pas permis de le détecter, mais je l'ai quand même vu, çe qui est assez exceptionnel. Tout comme l'excellent repas qui s'ensuivit avec 3 langoustes toutes fraîches accommodées d'une mayonnaise Dominicaine.
Le 1er contact avec Cuba se passe pas trop mal.

image

Le 7 avril, avant de quitter les lieux, je repère une belle langouste et j'incite Nicolas à la capturer à la main, çe qu'il réussit après quelques tentatives, devant l'objectif de ma caméra sous marine, belle prise! Vers 15h, le vent tombe et nous sortons le geenaker, mais le vent passe rapidement sur l'arrière. Nous décidons alors de le remplacer par le spi. L'envoi se fait parfaitement et nous le gardons un bon moment par 5 à 6 noeuds de vent, c'est super, Ao file sur une mer plate. Puis le vent commence à monter jusqu'à 12 noeuds et semble se stabiliser, je commence à cogiter et me poser la question de l'affaler quand tout à coup une rafale à 25 noeuds nous fait partir au lof et couche le bateau.....
Évidement une certaine panique s'empare de l'équipage et une 2 ème rafale ajoute encore à la confusion. J'essaye de masquer le spi avec la grand voile pour qu'il s' étouffe un peu afin de pouvoir descendre la "chaussette" et l'affaler sur le pont mais la force du vent m'en empêche.
J'appelle Nicolas pour m'aider à descendre la fameuse chaussette pendant que Michel nous fait abattre, et, après un rude combat, nous parvenons à étouffer le spi et à l'affaler sur le pont. Ouf, on a eu chaud et le spi aussi, j'ai bien cru qu'il allait exploser!

image

image


Après 1 nuit tranquille, le 8 avril vers midi nous pointons à l'entrée du détroit qui doit nous mener à Cienfuegos. Nous passons devant l'énorme peinture en l'honneur du Socialisme Cubain, puis du château et du joli petit village de pêcheurs. 1 heure plus tard nous sommes amarrés au ponton de la marina dans l'énorme golfe de Cienfuegos et je ne manque pas d'apercevoir au loin une furtive silhouette à la crinière abondante et un peu désordonnée, il s'agit de mon copain J J Lasarte qui nous accueille chaleureusement.

Les formalités s'enchaînent et avons même droit au chien anti drogue qui a le malheur de marquer un petit arrêt dans la zone technique, ce qui déclenche une fouille complète du bateau et pas mal de questions pernicieuses çar nous venons de Jamaïque, et en Jamaïque nous dit-on, il y a plein de drogue. Mais sur Aotearoa on est clean et il n'y a que des herbes de Provence.
Lorsqu'ils sont enfin convaincus de notre probité, l'équipe de "fouilleurs" lève le camp en nous souhaitant un bon séjour à Cuba.
C'est alors qu'une annexe, attirée par notre "Ikuriña" fièrement arboré, s'approche d'Ao avec à son bord une couple de Peyrehorade, nous discutons 2 minutes et nous promettons de nous revoir lorsque nous en aurons fini avec les formalités.
L'après midi me permet d'aller faire un tour de reconnaissance en ville en compagnie de Jean Jacques qui, étant là depuis 3 semaines, m'explique sommairement comment les choses se passent dans cette île bien particulière. Ne dit on pas: lorsque la logique s'arrête, Cuba se révèle. Bon va falloir une belle capacité d'adaptation pour percevoir la réalité des choses...

Tout d'abord, la monnaie, il y a les CUCS, pour les touristes et indexés sur le dollar et les pesos Cubains, monnaie du peuple dont les cours est 25 fois plus bas que les Cucs. Çe qui fait une sacrée différence pour le porte monnaie....
Au début on s'y perd un peu, puis on s'adapte. Pour payer en pesos, il faut quitter le circuit touristique dans lequel on essaye de nous cantonner, et fréquenter les marchés, les petites boutiques et les "cafétérias", minuscules comptoirs ou on peut manger des tortillas et des Bocadillos. Mais pour les obtenir, il faut aller à la banque et faire la queue, on fait beaucoup la queue dans le circuit réservé aux cubains, mais on s'y retrouve.
Il faut des fois jouer au plus malin pour payer en pesos. Une pina colada sans alcool coûte 1 Cuc (1$) pour l'étranger et si vous avez un interlocuteur ou une interlocutrice Cubain, et si c'est lui ou elle qui paye, ça coûtera 10 pesos, soit, 2 fois et demi moins cher... En résumé, ça revient moins cher d'offrir 1 verre et c'est plus efficace pour améliorer son espagnol. C'est en quelque sorte l'happy hour permanent, le Socialisme Cubain a du bon!
On peut retirer des Cucs dans les distributeurs avec une carte Visa mais pas avec une MasterCard, donc, seule solution, changer des euros ou des dollars en ....... Faisant la queue et muni de son passeport.
Le quartier colonial est très agréable avec de magnifiques et grandes maisons et édifices publics bâtis par les Français au début du XVII ème siècle sous l'impulsion d'un militaire originaire de Bordeaux, Jean Louis Laurent de Clouet.
Les rues foisonnent de galeries de peintures, de bars musicaux, et de restaurant dans de belles demeures avec de jolis patios. Çe qui frappe aussi, c'est que les Cubains vivent dans la rue, avec leurs maisons sans fenêtres vitrées. Lorsqu'on se balade, on les voit vivre à l'intérieur de leurs maisons, souvent scotchés devant des séries télévisées, et le soir, ils sont installés dans leurs vieux fauteuils à discuter sur le trottoir. Ca discute entre voisins et ça vit, çe qui compense un peu les restrictions auxquelles ils sont soumis çar les salaires mensuels, de l'ordre de 10 à 30 $ n'autorisent pas beaucoup de dépenses.....la convivialité semble inversement proportionnelle à la consommation, chère à nos sociétés occidentales. Peut être un des rares bienfaits de la "Revolución", avec le fait que Cuba soit protégé de l'uniformisation de la planète par la mondialisation et qu'elle ait gardé son caractère.
Les cubains, avec qui je me suis entretenu, aimeraient vraiment tourner la page de çe régime qu'ils estiment corrompu, règime qui veut tout régenter et contrôler via un réseau d'informateurs, les "chimosos", pratique d'une autre époque. Seul progrès, l'arrivée d'Internet, mais à dose homeopathique. Même les relations entre Cubains et étrangers font l'objet de règles intransigeantes, par exemple, il est interdit à tout Cubain de monter à bord de nos bateaux, et nous avons l'obligation de venir dans une marina ou de mouiller juste devant. Il nous est interdit de faire un mouillage librement le long du littoral, qui pourrait inciter les Cubains à entrer en contact avec nous. Changement radical avec Haïti, autre pays pas vraiment démocratique, où nous étions en permanence entourés de barques pour nous vendre tout un tas de choses.
Quand aux étrangers, s'ils sont tolérés chez l'habitant la journée (mais cela semble peu fréquent), il leur est absolument interdit d'y rester pour la nuit. Sinon, c'est dénonciation, interrogatoire et tout un tas de petits emmerdements pour les 2 parties. C'est arrivé à un voisin de port qui a dû être victime d'une dénonciation et qui a vu son bateau investi, fouillé de fond en comble et visité par le chien des drogues. Ses notes personnelles sur un carnet ont été épluchées et Il a subi un interrogatoire dont le but est de lui faire avouer qu'il connaissait un certain cubain apparemment "subversif" dont on lui a montré la photo. Le pauvre s'en est tiré avec une belle peur et il a dû y avoir méprise avec quelqu'un d'autre.
Bon, mais en dehors de tout ça, les Cubains sont très sympas, même les officiels, les gardiens, la sécurité... En ville, il est facile de discuter avec eux et ils sont toujours disponibles pour rendre service,par contre il faut aussi reconnaître que nous sommes souvent abordés sous l'angle de l'amitié mais avec parfois des arrières pensées intéressées, mais ça se comprend un peu!

image

image

image

image

image

En attendant, le quotidien ici est agréable entre les rencontres, la visite de la ville, des musées, des galeries de peintures, le marché, les escales pour boire une pina colada sur une terrasse ou dans un patio avec un groupe de musique cubaine.
Avec Michel et Nicolas nous sommes allés visiter Trinidad, le joyau Colonial, avec ses rues pavées, ses magnifiques maisons, ses belles places et ses églises. Cuba dispose vraiment d'un patrimoine culturel et architectural exceptionnel.
Le 12 mai, après 4 jours dans la marina nous décidons de partir découvrir Cayo Largo où nous arrivons le lendemain vers 14h après une nuit de nav. Nous passons à la marina délivrer notre despacho et qu'elle ne fût pas ma surprise d'y trouver "Aldebaran", énorme bateau de type "Fifty" rencontré aux Canaries, malheureusement sans son équipage.
Les formalités terminées, nous nous installons dans un beau mouillage en compagnie de 2 autres voiliers.

image

image

Dès le lendemain matin, nous mettons le cap à l'est et après 4 h de nav nous mouillons devant une petite île déserte colonisée par des oiseaux de mer. Après une inspection des fonds marins, nous y débarquons prudemment afin de ne pas perturber la colonie en pleine période de nidification. Pour notre dernière escale, nous avons choisi Cayo Guano del Este, petite île où est installé un superbe phare en forme de fusée, occupé par 2 gardiens, un chinois taciturne et solitaire et 1 Cubain volubile qui à peine débarqué, nous invite à partager quelques langoustes pour le dîner.
Nous faisons connaissance avec des pêcheurs dont le bateau est en panne de moteur et je leur donne une pâte de soudure à froid pour essayer de les dépanner. Ils nous indiquent un endroit où trouver des langoustes et avec Nicolas, nous partons en chasse. J'en remonterai 2 vraiment énormes, qui nous assurerons 2 excellents repas.

image

image

image


Le soir nous débarquons au phare et y retrouvons les 3 pêcheurs et le gardien. La soirée fût mémorable car ce dernier cuisina divinement les langoustes accompagnées d'un excellent riz à la cubaine. Nous avons fourni le rhum et partagé des moments forts avec eux. Malheureusement ils nous ont recommandé de ne pas publier de photos ni de citer leurs noms çar si les autorités venaient à savoir qu'ils nous ont invité et que nous avons discuté librement, ils perdraient leur travail. Les pêcheurs sont de rudes gaillards, ils nous ont raconté leurs campagnes de pêche à la langouste et c'est avec une incrédulité doublée d'admiration que nous avons appris qu'ils descendaient en apnée à 30 mètres de profondeur pendant 4 à 5 minutes et qu'ils renouvelaient cet exploit à longueur de journée avec 4 à 5 mn de récupération seulement entre 2 plongées.

image

image

En début de soirée, une tourmente s'est abattue sur l'île avec des vents de 80 km/h minimum et j'avoue avoir été un peu inquiet pour Aotearoa, surtout lorsque le nuage devint si opaque qu'il disparut de notre champ de vision. Les pêcheurs me rassurèrent un peu en disant que ce phénomène ne durerait qu'une heure et que l'ancre ayant tenu jusque là, il n'y avait pas de raison qu'elle se mette à chasser. Lorsque le nuage s'éloigna, je fus quand même très soulagé et me félicitais d'avoir investi dans cette nouvelle ancre, la fameuse Rocna Vulcain néo- zélandaise!

image


Le lendemain, nous leur rendîmes visite avant notre départ et ils nous offrirent un beau pagre de 5 à 6 kg, belle générosité.

Jeudi 18 mai, Michel et Nicolas partent pour La Havane et Jean Claude arrive le 20 à Cienfuegos. Sans tarder nous partons visiter la ville et nous y passerons une 1 ère soirée un peu arrosée avec des Cubains rencontrés au "Parque Marti". Le

image

image

image

lendemain, nous prenons le bac en direction du villages des pêcheurs en compagnie d'une Cubaine, Dayana et son petit garçon Cristofer. Arrivés sur place, grâce à notre charmante "guide", nous parvenons rapidement à trouver la maison de l'un d'entre eux, qui fût tout surpris de me voir et nous accueillit à bras ouverts. L'accueil n'est pas un vain mot et après les présentations avec toute la famille, la visite des lieux, il nous fît goûter le vin de la maison ainsi qu'un excellent plat de poisson. Ensuite, il nous emmena rendre visite à un des membres de son équipage qui lui aussi sembla tout heureux de nous accueillir. Il nous proposa même de revenir passer une journée à la maison. Le voyage vaut principalement par ces moments forts partagés avec les populations des pays visités, ils sont pour moi incommensurablement plus précieux que les visites des sites les plus prestigieux accessibles à tout le monde avec quelques billets...

image

image

image

image

image


Vers 15 h, nous quittons nos amis avec la ferme intention de les revoir avant notre départ et regagnons Cienfuegos.
Le 22 juin, nous prenons 1 taxi collectif en direction de Vinuales avec Jean Claude. C'est 1 joli village situé complètement à l'ouest de l'île dans une région vallonée "plantée de "mogotes". Çe dont des sortes de "pains de sucre" comme j'en ai déjà vu sur les bords de la rivière Lee en Chine ou dans la baie d'Halong, en Thaïlande également. C'est la région du tabac et à l'occasion de ballades à pied ou à cheval, nous aurons l'opportunité d'en voir les secrets de fabrication et de discuter avec Angel, un ancien qui nous avouera en fumer 10 par jour. Nous passerons 3 jours dans cette belle région avant de retourner à Cienfuegos, la perle du sud, puis de gagner Santiago en bus de nuit. On ne pouvait pas négliger cette superbe ville coloniale, berceau du "Son" et du célèbre groupe " Buena Vista Social Club". Alors qu'à l'aller nous avons entamé notre descente vers "l'oriente" par Santa Clara, la ville du "Che", au retour nous faisons une halte à Trinidad, autre célèbre ville coloniale qui a enchanté Jean Claude. La boucle est bouclée, on a vraiment visité les sites majeurs de l'île.

image

À notre retour de Santiago, nous constatons que le bateau de notre ami J Jacques, dit le basque, a disparu. Nous apprenons rapidement qu'il s'est fait expulser par les services de l'immigration
et conduire à 10 miles des côtes par une unité de l'armée. Ils sont vraiment paranos dans çe pays!

Le voici en charmante compagnie, avec Yunni, mais moi aussi j'ai eu droit à ma photo avec elle....

image

image

Entre-temps, nous sommes partis 3 jours avec le bateau en direction de Cayo Guano del Este, l'île du fameux phare en forme de fusée où je suis déjà passé. Malheureusement, mes amis les pêcheurs n'y sont pas et le gardien de phare à changé, donc pas de soirée au programme. Nous avons cependant fait une bonne partie de pêche avec 2 grosses langoustes et 1 poisson perroquet pour moi, et 1 capitaine pour Jean Claude, son 1er poisson tiré au fusil!

image

image

image

Petit à petit le départ de Jean Claude prévu pour le 5 juin approche et je commence à me résigner à partir seul pour le Guatemala distant de 650 miles, soit 1000 km, çe qui représente 5 jours de traversée. Je commence donc à préparer le bateau pour cette navigation et prévoit l'avitaillement nécessaire. Le jour "J" à 15 h, J Claude largue mes amarres et nous prenons chacun notre route.

image


Ça moutonne dans la baie de Cienfuegos et je réalise immédiatement qu'en plein océan ça doit bien bouger, la première nuit s'annonce agitée. Va falloir faire face.....

À très vite pour le récit de cette traversée et l'arrivée au Rio Dulce, au Guatemala.